L’airsoft, Quid ?

Un peu d’histoire…

Interdiction des armes à feu au Japon

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Japon règlemente la possession des armes à feu pour la population civile, suite à sa nouvelle constitution La règlementation est tellement stricte qu’il est pour ainsi dire impossible d’avoir une arme a feu chez soi et encore moins une arme de guerre dans un but de collection, y compris les armes neutralisées, qui sont au demeurant les plus chères au monde , la neutralisation coutant souvent 5 fois le prix de l’arme en elle-même.

Or il y a une forte demande de la part des collectionneurs de posséder des armes fussent-elles en plastique par manque de moyen ou par manque d’armes neutralisés.

A la fin des années 60 apparaissent les répliques d’armes coulées en plastique totalement inertes, spécialement pour la collection. Parfois ces répliques étaient faites en résine et métal avec des partie fonctionnelles comme les vraies. Mais pour respecter la législation, ces répliques d’armes étaient conçues et modifiées afin qu’il soit impossible de tirer à balles réelles.

Les premières répliques fonctionnelles

Vers le milieu des années 70 et en respectant les lois japonaises, imposant l’impossibilité de transformation d’un objet en arme a feu, la société Marui, fabricant de maquettes et modèles réduits, débutent la fabrication de ces répliques d’armes inertes en répliques d’armes pouvant tirer des projectiles, non dangereux, le tout utilisant de l’air comprimé. Le choix se porte alors immédiatement sur les billes de 6 millimètres.

A cause de a la loi Japonaise ces “lanceurs” ne peuvent pas développer plus de 2 joules en bouche de canon.

Au vu de l’engouement de certains pour beaucoup de ces “lanceurs répliques d’armes”, qui ont les mêmes fonctionnalités que les vrais armes, des jeux opposants 2 équipes voient le jour sous le nom de Survival Game ou Wargame.

Les répliques prennent alors le nom d’airsoft guns.

La loi francaise

La loi francaise en resumé rapide :

  • interdit la possession et l’utilisation de repliques de plus de 0.08 joules pour les personnes mineurs
  • les repliques ne doivent pas avoir une puissance superieure a 2 Joules.
  • interdiction d’utiliser une replique dans un lieu public, uniquement sur un terrain privé ou autorisé par son propriétaire

Les répliques d’armes qu’utilisent les joueurs d’airsoft ne sont pas considérées comme des armes au sens du décret de 1995. Mais elles sont soumises au décret no 99-240 du 24 mars 1999[2] qui réglemente la commercialisation des répliques d’armes à feu développant une énergie en sortie de bouche supérieure à 0,08 joule et égale ou inférieure à 2 joules. Ce décret réglemente la commercialisation de ces articles en interdisant la distribution de répliques de plus de 0,08 joules aux mineurs par quelque moyen que ce soit : prêt, don, location ou mise à disposition gratuite. Un décret pris sur le fondement du Code de la consommation, comme c’est le cas pour le décret no 99-240 du 24 mars 1999[2]

Selon la loi française, un lanceur de projectiles dont l’énergie développée en sortie de canon est supérieur ou égale à 2 joules est une arme de 7e catégorie conformément au décret 95-589 du 6 mai 1995[3]. Les mesures de puissance s’effectuent généralement par rapport à la vitesse de sortie (FPS ou Feet Per Second) et au poids du projectile (bille de 0,20 gramme généralement utilisée pour référence). En effet il s’agit d’énergie cinétique.

Du point de vue du reste du matériel, l’usage des uniformes et d’effets militaires de toutes origines est largement répandu chez les joueurs, le jeu de rôle est souvent l’une des composantes des parties d’airsoft. Le port d’uniformes des unités et administrations tels que gendarmerie ou police nationale sont à proscrire puisqu’ils sont interdits, sinon fortement réglementés (port illégal d’uniforme, usurpation de qualité, usurpation de pouvoir) même si le jeu d’airsoft ne doit se pratiquer que sur le domaine privé.

La réglementation française interdit le transport visible et l’utilisation de répliques airsoft sur le domaine public : voies, routes, zone forestière domaniale ou communale et plus généralement tout terrain même privé dont l’accès serait ouvert au public. Il faut différencier la notion légale de transport et de port tel que définie par le décret 95-589 du 6 mai 1995[3]. Ainsi, il est possible de porter, dans le sens de transporter, une réplique sur soi c’est-à-dire dans un sac, une valise, une mallette. Il faut cependant respecter certaines conditions qui tiennent plus du bon sens et du respect de l’ordre public que de la réglementation applicable seulement aux armes véritables. Par l’aspect extérieur de ces objets et la forte ressemblance avec des armes réelles, il est conseillé d’opérer tout transport selon les normes minimales imposées par la loi en matière de transport d’armes, a savoir par exemple, replique chargeur enlevé, mise en securité, repliques dans une malette ou sac de transport, non visible.

en regle générale et en plus de la loi, les associations limites la puissance des repliques en dessous des 2 joules (classiquement 1 joule) afin de reduire le risque de blessures. En france c’est tres souvent le cas, a part quelques exception, mais en tout cas, la puissance ne depasse pas les 2 joules legaux !

Le jeu en lui même

Principe

Le jeu airsoft est un jeu basé sur le fair-play. contrairement au paintball ou les billes laissent des traces lors de l’impact, l’airsoft ne laisse pas de trace et c’est le joueur qui est touché qui doit de lui même le signaler aux autres joueurs.

En fonction du mode de jeu, le joueur possede plusieurs vies. Dès qu’il est touché, il doit crier haut et fort “OUT” pour signaler qu’il est hors jeu, ou “OUT DEF” si il n’a plus de vie. Pour le remise en jeu, il doit :

  • soit compter un certain nombre de seconde,
  • soit retourner dans une zone appelé “respown” puis revenir en jeu,
  • soit attendre un doc/medic qui vient remettre en jeu le joueur,
  • soit attendre d’autres membres de son equipe qui viennent le recuperer pour le remettre en jeu (technique des “2 mains” ou “3 mains”).

lors de la remise en jeu, je joueur doit signaler son retour en criant haut et fort “Remise en Jeu” ou “En Jeu”.

Les tenues militaires

En général, les tenues utilisées sont souvent l’equivalente de celle de l’armée (francaise ou étrangère) pour le camouflage, l’equipement tactique (veste, holster).
Par contre, il est interdit d’endosser des uniformes de la gendarmerie ou de la police, sous peine d’infraction. Egalement, les insignes de grades, religieux, etc sont interdit. A part cela, on peut tout a fait ressembler a un soldat.
Les tenues, outre leur role pratique, permettent de definir des equipes lors de jeux de roles, appelé scénario, mais aussi de protection (contre les branches, mais aussi les billes)

Les protections obligatoires

Du fait que les repliques envoient des projectiles (billes de 6mm en plastique, non letales) a des vitesses importante, il est necessaire de se proteger les yeux et le visages. Il est obligatoire de porter des lunettes ou masques adaptés et specifiques a ce sport. ce sont souvent des masques et lunettes utilisées par l’armée ou les services de l’ordre. On trouve tres facilement ce genre de lunettes dans les magasins d’airsoft.
Pour le visage on utilise soit des masques complets, comme ceux utilisés en paintball, soit des masques grillagés facilitant l’aération du visage. Tout depend des gouts.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>